le-vilain-petit-caneton

le-vilain-petit-caneton

Sainte Barbe au bûcher ?

LA PRESSE


Attaques en règles contre les traditions religieuses

chez les militaires

 

 

 

Naturellement (et culturellement), l'Armée, les pompiers (avec la sainte Barbe), ont leurs "saints patrons" et leurs traditions séculaires liées à la croyance religieuse chrétienne, racine culturelle du pays France.

 

Que l'on soit athée, agnostique, catho ou lutérien, pratiquants ou non, nul ne s'insurgera que des "corps constitués" ou vieilles institutions continuent à faire perdurer leurs rites et traditions..., sauf les jeunots incultes de la Rem et les officines occultes qui les manipulent (une minorité agissante toxique), lesquelles poursuivent leur travail vénéneux de déconstruction de la culture occidentale, au profit du culte du matérialisme athée pervers et mondialiste...

 

 

sainte-barbe-patronne-des-artilleurs-pompiers-mineurs.jpg

 

 

 

 

Incohérence et hypocrisie

 

Nous sommes confrontés à une phase (maçonnique) de déchristianisation tous azimuts. Curieusement, et cela interpelle, les concessions les plus discutables sont quotidiennement cédées aux tenants d'un "islamisme" dévoyé - rien à voir avec le culte musulman.

 

J'ai vu, hier, dans une grande surface, une fillette (vu la taille: 7/8 ans) entièrement vêtue de la tête au pied d'une robe et voile faisant penser aux "sœurs de la charité" des années vingt. Chronique normale d'une France incohérente où le féminisme fait "sa loi" mais où les petites filles sont sacrifiées aux préceptes draconiens d'une minorité religieuse qui les spolie de leur entité naturelle...

 

Les LREM et Cie et autres "penseurs" gaucho bobo vont nous dire : "Les nonnes aussi sont voilées!". Ben, voyons! Ces hypocrites assassins du droit des enfants à vivre en enfants ignorent ou tentent de le faire croire que les nonnes sont des ADULTES qui se sont "mariées" de leur plein gré à Dieu.

 

Vaste sujet!

 

Quant aux traditions martiales, vouloir en éradiquer toutes les évocations spirituelles (chrétiennes, évidemment) procèdent de la pire opération de sape d'une civilisation millénaire.

 

 

Un "Remake" de série B

 

C'est bien d'une "religion de l’athéisme" très agissante qu'il s'agit, inoculée sournoisement dans la société française: voir le Culte de "l'Être Suprême", qu'a tenté (en vain) d'imposer le sanguinaire Robespierre (Ro... baise St-Pierre) en 1794. Cette notion de "l'être Suprême" est très présente dans une obédience maçonnique.

 

 

 

ete supreme robespierre.jpg

 


10/04/2019
0 Poster un commentaire

PETITS DEUJ' GRATOS ET CANTINE A 1€

Les moutons lâchés

dans le champ de luzerne !

 

 

 

Depuis quand l’État doit-il se substituer aux familles pour nourrir leurs enfants?

 

Occulter les responsabilités parentales pour mieux asservir et manipuler les populations... Rendre les familles dépendantes pour mieux en exploiter les faiblesses...

 

Une société de moutons qu'on fait courir aux râteliers comme on les précipite dans un champ de luzerne.

 

Les "familles" dépensent sans compter pour de l'inutile, du superflu, pour faire porter par leurs "enfants-rois" des vêtements ou chaussures "griffés" et leur acheter des classeurs à l'effigie de leurs "héros", des "consoles" et des "tablettes"...

 

 

 

Prenons le problème par le bon bout !

 

 

Que l'Etat commence par détaxer totalement les produits de nécessité courante, l'essence, rendre gratuits les transports en commun, les fournitures scolaires, diminue les loyers des pseudo "H.L.M" de plus en plus prohibitifs, sanctionne les employeurs mal-payants, compensant ces impôts déguisés en mettant un terme à la fraude fiscale, en évitant les gabegies gouvernementales et administratives, en rétablissant l'impôt sur les grandes fortunes et en taxant les actionnaires qui vampirisent l'économie, en cessant d'assister financièrement et sans contrepartie des individus sans foi ni loi !

 

Le "manque à gagner" des taxes abusives peut être aisément compensée : les économies et les recettes à engranger existent mais leur énumération reste "secret d’État" !

 

Les parents pourront alors payer les cantines et "offrir" le petit deuj' à leur progéniture.

 

Le système étatique, de plus en plus liberticide, se conforme progressivement, sournoisement, aux régimes communistes qui font des castes dirigeantes, nanties et opulentes, privilégiées, les maîtres d'une population dépendante et soumise.

 

 

 

 

 

LO PASTRE.jpg


08/04/2019
0 Poster un commentaire

Les Rom et la rumeur

LA FRANCE DES RUMEURS

Des gens du voyage roumains (Rom) agressés par des jeunes suite à de fausses nouvelles publiées sur les "réseaux sociaux"...

 


 

Haro sur les ROM : de 1985 à... 2019

 

 

CinéTéléCinoche

 

- Attention, j'ai pas dit que c'était tous des bandits! ...Mais enfin ce sont pas des gens comme nous! Nous, on fait pas cuire les petites filles dans la terre-glaise!
- Quoi ?
- Hein ?
- Qu'est-ce que vous racontez ?
- Je connais très bien la personne qui a découvert les ossements carbonisés de la petite fille de la Roche-sur-Rion... C'est une amie de la concierge de ma mère qui a été en vacances à Montpellier, alors...!
- Et ils les aiment comment les petites filles ? Bien cuites ? Saignantes ? A point ? (ricanement d'un garçon)
- C'est ce qu'on dit! Mais je l'ai pas vu personnellement, bien sûr... Alors, méfiez-vous! Et de toute manière, je ne veux pas que vous trainiez avec ces gens-là... Voilà!

 

 

Extrait des dialogues de "Scout toujours..." film de Gérard Jugnot (1985)

 

 

 

 

 

 

 



30/03/2019
0 Poster un commentaire

La société occidentale et la pédérastie

C'est...
 
 
 
"je t'aime, moi non plus"!
 
 
 
 
 
Depuis la scabreuse et horrible affaire "Dutroux" (1996), l'occident ne cesse de nourrir une fascination morbide, schizophrénique, sans cesse réactivée, avec le fait pédérastique.
 
Pédérastie : "Emprunté du grec paiderastia, de même sens, lui-même dérivé de paiderastês, « pédéraste ». Attirance éprouvée par un homme pour les jeunes garçons ; désigne aussi le commerce charnel d’un homme et d’un jeune garçon." Définition des dictionnaires)
 
Ce qui était, il y a encore quarante ans, qualifié de "gestes que la morale réprouve" est devenue une entité criminelle fourre-tout où les relations entre un prof' et son élève de quinze ans voire de dix-sept sont qualifiées de "pédophiles", un terme empruntée à la psychiatrie pour en faire une appellation générique protéiforme. Tout est venu de "la presse": les journaleux aiment (et vénèrent) les formules passe-partout qui leur permettent de "faire de l'audience" en provoquant l'oreille.
 
Ainsi, un animateur de colo qui se sera rendu coupable "d'attouchements" impudiques sur quelques gamins complaisants, sera aussi haï et stigmatisé que l'infâme violeur qui aura frappé voire tuer sa jeune victime après l'avoir enlevée! En droit pénal, on apprenait (est-ce toujours le cas aujourd'hui?) que les sanctions judiciaires avaient absolument besoin d'une "échelle des peines", faute de quoi la sanction perdait tout son sens et la force de dissuasion en était amenuisée.
 
Aujourd'hui, alors que la sexualité débridée et sauvage est placardée dans nos rues, exhibée à la télé, encensée au cinéma, mise en scène dans les "jeux de console", alors qu'on assène aux enfants de l'éducation dite sexuelle sans leur demander leur avis, les médias ne cessent d'aller fouiller dans les caniveaux pour en extraire quelques juteux (!) "bons plans" journalistiques, susceptibles de doper les ventes d'un magazine ou l'audimat de la soirée en faveur d'une chaîne, où le fait pédérastique en sera la substantifique moelle.
 
Jamais la pédérastie (au sens du dico) n'a été autant "prisée" par la société occidentale, comme sujet à dégoiser, à s'insurger, comme prétexte à jeter l'anathème sur telle ou telle personnalité et, plus encore, sur l'institution religieuse catholique romaine...
 
Les associations dites "de défense de la parole libérée" se multiplient, collectant des "témoignages" de faits parfois fort anciens, rédigés par des adultes parfois fort âgés, qui vont narrer avec force détail de scabreux souvenirs de leur jeunesse ou petite enfance.
 
 
 
 
 
 
+12.JPG
 
 
 
 
 
Le cas Jackson (Michael ) est emblématique et je ne regarderai pas le "docu de cul" stupéfiant ou "glaçant" le concernant, ce fameux soir de printemps sur la chaîne M6 et qui aurait, dit-on, atteint des records d'audience chez les étasuniens (plus hypocrites qu'eux, tu meurs)!
 
N'écoutant qu'au réveil la radio FranceInfaux, j'ai ouï quelques commentaires de présentation où notamment on pouvait entendre que l'un des jeunes "plaignants" a été amoureux du chanteur [depuis ses 7 ou 10 ans] et terriblement jaloux (sic) quand icelui l'a "abandonné" pour s'amouracher d'un nouveau jeune garçon et le "mettre dans son lit" à sa place...
 
Fermez le ban!
 
J'ai été "zappé" une fois sur le site de "La Parole libérée" et m'en suis vite détaché! La raison : des récits de "souvenirs" très impudiques qui n'avaient probablement rien à envier aux fictions pédérastiques dont certains "amateurs de jeunes garçons" doivent se gaver ici ou ailleurs sur quelque site dédié... Quant au ébats de chair qui se sont déroulés dans la chambre à coucher (et à baiser) de M. Jackson, pour tout dire, j'en ai rien à cirer ! En fait, n'ayant pas de propension au voyeurisme, je ne vois aucun intérêt à écouter les récits poivrés de ses ex-prétendus jeunes partenaires. Quant à Jackson, désormais, il n'est plus qu'un fantôme de vinyle et un plasma de pop'star décharné, incapable de toucher une braguette !
 
Si donc on a autant de dégoût pour la chose, vieille comme le monde, pourquoi donc s'en délecter constamment?

21/03/2019
0 Poster un commentaire

LE VATICAN ET BARBARIN

Non! Je ne hurlerai pas avec les loups !
 
n'en déplaise aux militants de la cause des victimes de prêtres pervers.
 
 
Il y a les "médias" et les "donneurs de leçons" - plus hypocrites qu'eux, tu meurs. Et il y a la catholicité "profonde", celle du cœur et de la foi, qui n'inféodent pas leur credo au politiquement correct, aux chasses aux sorcières, aux lynchages de convenance, aux jugements à l'emporte-pièces...
 
 
Le chef du Vatican refuse la démission d'un prélat condamné en première instance pour inaction face à des faits délictueux d'un subordonné..., au motif (légitime) du respect de la "présomption d'innocence" et voilà que les loups hurlent au scandale !
 
 
Il y a deux "églises": celle, officielle, médiatisée, stigmatisée dont le "siège social" est à Rome et la "congrégation", "l'ecclesia" (ekklesia : en grec ancien : ἐκκλησία − l'assemblée) des catholiques pratiquants, qui ne font pas l'amalgame entre les brebis galeuses et les "ministres du culte" honnêtes et dévoués et qui honorent leur vœu dit d'abstinence (ou de chasteté). Je fréquente assez régulièrement une communauté catholique qui est attachée au "rite tridentin" de la messe (rite traditionnel, en latin et avec toute la liturgie d'avant le concile Vatican II), où prêtres, séminaristes acolytes de passage, enfants de chœur réguliers et "fidèles", toute une assemblée familiale, vivent leur pratique religieuse sans état d'âme lié aux titres des journaux et polémiques qui se complaisent dans les affaires scabreuses... Leur foi n'est pas dépendante des titres des "J.T." de vingt heures ! En outre, la vie de "l'Eglise catholique romaine" ne se résume pas à des affaires de mœurs au sein de telle ou telle paroisse, de tel ou tel évêché, de tel ou tel abbaye ou internats, mais englobe d'innombrables actions charitables, d'éducation, d'assistance ou de secours, de prédications, ici et là sur toute la planète, où des hommes et des femmes dévoués et honorables, sincères, droits, en "habit" ou laïques, loin des feux de l'actualité, donnent un sens remarquable à leur engagement "catholique". Ces actions là, ces individus là, font rarement ou jamais l'objet des reportages des médias, lesquels sont avides de sensationnel et de scandales... Seuls les clercs dépravés, "abuseurs" ou les responsables ayant mal géré des "affaires" répréhensibles intéressent les journalistes : des faits apparentés, dont on sait qu'ils sont tout aussi légion dans les institutions non confessionnelles, sont passés sous silence ou très épisodiquement évoqués quand cela se passe hors de l'Eglise. Dans une société matérialiste, vouée à l'athéisme, à la sexualité débridée qui s'étale à tous les coins de rues, toucher au sacré est jouissif et surtout... payant ! Alors, aucune retenue, aucune sagesse, aucune tempérance : il faut couper des têtes, déboulonner les statues des églises, discréditer définitivement les institutions confessionnelles qui professent une "morale" dont on ne veut plus ! Chose curieuse, c'est précisément en utilisant des faits de dépravation - qu'on ira même chercher dans un lointain passé, nonobstant que les victimes sont devenues des vieillards ou que les méfaits ne peuvent être étayés par de solides pièces à conviction -, qu'une société dépravée veut salir une institution qui dénonce ses dérèglements !
 
 
Quand on a fait du droit (ce qui est mon cas), on pense en "juriste" : on va donc prendre en compte l'élément juridique d'un conflit. Les associations qui se battent pour la "parole libérée" proclament haut et fort que "justice doit être faite"! Ce postulat leur est acquis... à sens unique! Si justice il doit y avoir (celle "des hommes" et non celle de l’Église), il faut donc raisonner en terme "de droit". Le cardinal Barbarin, accusé de collusion par silence complice (?), a fait appel : cet appel suspend la sentence donc justifie que le supérieur hiérarchique (le pape) renonce à le démissionner.
 
 
On s'insurge à gorge déployée contre ce fait mais on ne lève pas le petit doigt contre les "repris de justice" dûment condamnés ceux-là, qui occupent des postes décisionnels au plus haut sommet de l’État français : des fraudeurs du fisc patentés, un individu "responsable mais pas coupable" (!) d'avoir par décisions administratives contaminé et tué des malades avec du sang toxique (Laurent Fabius, vous connaissez?) - ce dernier énergumène ayant été parachuté au... Conseil Constitutionnel (excusez du peu) pour "dire" si une Loi est ou non conforme à la Constitution !
 
 
Alors non! Je ne hurlerai pas avec les loups contre le geste du pape - bien que je ne sois pas de sa confrérie!
 
 
 
 
 
PAULO ENF CHOEUR.jpg
 

20/03/2019
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser