le-vilain-petit-caneton

le-vilain-petit-caneton

Nicole Belloubet et la filiation : PMA par ci, GPA par-là...

Méfaits divers et de la République
pamphlet
LA GARDE DES 'SOTS' INVENTE LE CONCEPT

DE LA FILIATION VIRTUELLE

 

"Exit" la définition: "Ascendance ou descendance entre individus en ligne directe ou collatérale." (Larousse)

 


Place à une filiation "PMA" : changeons le Code Civil pour changer le Monde (de fous)!

 

Ainsi donc, pour avancer dans le progrès (?), dans notre société dite "moderne" (les "mentalités ont changé"), notre Gardesse des Sot(e)s défend bec et ongles (vernis les ongles?) une Loi assassine. En trente ans, les politiques et minorités militantes "désaxées" - qui ne tournent plus sur le même axe que notre Mère nature -, les ex-soixante-huitards ou leurs progénitures sauvages et non éduquées, tout acquis au consumérisme tout en baisant (!) les pieds de Sainte Greta, prétendent "légitimement" effacer des millions d'années planétaires, durant lesquelles toute reproduction, exceptée celle des hermaphrodites, s'est faite par la copulation naturelle d'un élément "mâle" et d'un élément "femelle"...

 

"L'enfant" (enfin, celui qui est "enfanté") devrait donc avoir une filiation "selon grossesse" tout comme un restaurant quatre étoiles facture un homard (!) "selon grosseur" (revoir "Je suis timide mais je me soigne" avec Pierre Richard)?

 

"Exit" le DROIT naturel et inaliénable, aussi vieux que l'homo-sapiens-sapiens existe, de "l'enfant" (je mets les guillemets, car le terme "enfant" devient celui d'un objet de consommation "désiré" avec code-barre) d'avoir SON papa et SA maman! Ce droit BIOLOGIQUE, issu des lois universelles qui régissent notre univers, doit être éradiqué de notre "droit" (complètement de plus en plus tordu) au motif de "modernité"!

 

On comprend mieux à présent pourquoi les "merda" officiels (ou officieusement officiels) ne cessent de dégoiser sur les travers des religions, puisque cette brûlante "nécessité" d'ajustement de notre "droit" devant passer "en forceps" nonobstant les "codes traditionnels" (et moraux) qui régissent parenté, filiation, famille, au nom de la sacro sainte (seins-te) "Liberté-égalité-fraternité"... En détruisant la religion chrétienne (et donc "sa" culture), seule garante morale de la cellule familiale associée au respect du père et de la mère, ainsi qu'à celui des enfants, on se débarrasse d'une légion encombrante!

 

Acte 1 : décrédibiliser les religions chrétiennes (qui sont les mères porteuses du respect de la filiation biologique et de l'équilibre sexuel).

 

Acte 2 : formater l'opinion publique, les ados puis les enfants via l'école et le cinéma, de façon à ce que l'être humain accepte de n'avoir de sexe que "de nom" et que la jouissance lubrique doit être le seul crédo d'une "société libre". Familles, je vous hais!

 

Acte 3 : insidieusement, sournoisement, progressivement, transformer (déformer) le Code Civil (lui-même inspiré de l'antique Code de Hammurabi datant de quelque 1750 av. J.-C.) en en faisant un code pour libertins d'où le droit de l'enfant n'est plus - et pour se dédouaner, avoir voter au préalable l'interdiction de la fessée (la société "moderne" prend soin des enfants!).

 

Acte 4 : Ces lois scélérates et contre-nature votées, manipulez l'opinion pour qu'elle pointe du doigt les "obscurantistes" indécrottables ou autres "curetons" qui en dénoncent la perversion du genre humain et qui sont 'forcepsment' des fachos.

 

Acte 5 : gestation (?) de quelques lois annexes qui, pour intimider les "mâles pensant" et mères trop bien pensantes, pénaliseront tous commentaires contestant ce pseudo "droit à l'égalité" accordé à des individus, couples homo ou célibataires, qui veulent à la fois se beurrer et l'argent du beurre.

 

A prévoir un nouveau délit : la PMA-GPAphobie (amende de catégorie 3).

 

Baisez le rideau!


Pardon : baissez le rideau...

rouge...

 

du sang des innocents qui vont naître...


24/07/2019
0 Poster un commentaire

Le 14 Juillet 2019 An II de la dictature Macron

LE 14 JUILLET A -T-IL (encore)

UN SENS ?
pamphlet
(déconseillé aux âmes sensibles)

 

 

Dans ma candeur d'enfant puis de jeune gaulois, j'ai été assez longtemps "adepte" du culte du 14 Juillet. Pas dans le sens vulgaire et populaire où cette fête dite "nationale" était l'occasion de danser avec les flonflons des "bals populaires" (Sardou), bien que je trouvais l'opportunité plutôt sympathique (la tradition!), mais pour ce qu'elle avait "d'emblématique"...

 

 

 

Il m'est même arrivé, bien après le coûteux et mercantile "bicentenaire", de me rendre à un feu d'artifices... un bonnet phrygien sur la tête. Il devait y avoir quelque 3000 personnes et j'étais le seul "affublé" de cette coiffe pittoresque (héritée du bicentenaire); un jeune beur m'a toisé en me criant, goguenard: "Il est beau votre bonnet"! Il n'y avait pas de méchanceté dans son propos mais un étonnement, comme si le bonnet rouge phrygien était là comme un cheveu sur la soupe!

 

 

 

Puis, les années filant, j'ai pris du recul, sur les gens, la politique, l'Histoire (avec un H majuscule)..., et j'ai déchanté, replaçant cette date festive dans son contexte bien réel, celui de la sanglante Révolution de 89, la pire calamité que la société occidentale n'ait jamais fomentée!

 

 

 

Cette arnaque magistrale, conduite de mains de maîtres par des bourgeois carriéristes et hystériques, a plongé le pays France dans le chaos le plus sanglant, le plus immonde de toute son histoire... Les Guerres de religion, à côté, c'est la cour des petits! Les dragonnades aussi. Et l'inquisition n'est qu'amateurisme!

 

 

 

Manipulé par des meneurs qui, eux, SAVAIENT où ils allaient et ce qu'ils voulaient, le "bon peuple", femmes en tête, a donc "pris la Bastille" puis, quelques mois plus tard, a été cherché la famille royale à Versailles, pour la contraindre à résidence aux Tuileries.

 

 

 

Avec le leurre, savamment rédigé, de la "déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" (première mouture), les hordes populistes (!) deviennent les garants d'une succession de dictatures, plus sanglantes les unes que les autres, aboutissant à l'Empire puis aux "restaurations" de monarques incompétents...

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2018/11/849815/artfichier_849815_8084696_201902012725841.jpg

 

 

 

Le peuple sera plus opprimé que sous l'Ancien régime, muselé, manipulé, disloqué par des rivalités intestines. Les pauvres demeureront pauvres et les nouveaux riches plus riches.

 

 

 

La Révolution Française est une gabegie et une escroquerie!

 

 

 

Tout comme Brassens, qui chantait son credo concernant la non participation à la "Fête Nationale", cela fait des lustres que le 14 Juillet est devenu pour moi un jour "sans".

Sans bains de foules,
sans défilés,
sans hypocrisie,
sans discours...

 

 

 

Le Dieu des Armées? Il n'est pas le mien! Au demeurant, quelle incohérence de prétendre défendre et poursuivre "la paix" en étalant la guerre!

 

 

 

Et quel gâchis, avec force dépense d'énergie et de temps, la pollution ("l'empreinte carbone"), la dégradation de la chaussée, etc., pour exhiber 4000 hommes marchant au pas et venir "rendre les honneurs" au Ceausescu français, campé dans son orgueil pathologique sur la tribune Officielle (Avé! César, ceux qui vont mourir te salue!"), bellâtre qui aime à rappeler "Je suis votre chef" à la gente militaire.

 

 

 

Le 14 Juillet?
Non merci!

 

 

 

La Nation, c'est bien autre chose, c'est 2000 ans d'Histoire, de combats pour l'identité, une culture, une civilisation, des traditions, le christianisme (ce qui n'exclue pas d'autres obédiences)...

 

 

 

Nos pseudo-républicains ("Liberté, Egalité, Fraternité") au pouvoir qui saluent le drapeau tricolore sont, de fait, les fossoyeurs de la "Nation", les assassins de son peuple, les nihilistes de sa Culture.

 

 

 

Une Fête "nationale"? Oui mais à une autre date et sans défilés "militaires" et de policiers...

 

 

 

Je rêve d'une manifestation festive vraiment "populaire", colorée, composée des "forces vives" de la Nation: les ouvriers en bleu de travail, les enseignants en blouses grises (!), les professionnels "de santé" en blouses blanches, les troupes de jeunes scouts en uniforme, les paysans avec leurs tracteurs et leurs troupeaux, veaux, vaches, cochons...

 

 

 

Avec des moutons mais pas ceux qui portent les patricides (néologisme) à l’Élysée et au palais Bourbon!

 

 

 

La France profonde, la VRAIE France, non celle de la "Révolution" mais celle des sillons et des clochers, des campagnes, des ateliers, des écoles. Celle qui existait bien avant la révolution bourgeoise "de 89" et que les politiciens de tout poil, "républicains surtout", n'ont cessé de trahir! La France, ce n'est pas seulement celle des villes et des cités, qui n'en sont que les chancres obligés, mais celle de Charles Trenet.

 

 

 

14 Juillet 2019 : An II de la dictature Macron.

 

 

 

Je reste dans mon lit douillet (sic) et n'allume pas la petite lucarne.


14/07/2019
0 Poster un commentaire

La Loi AVIA : une loi scélérate de plus !

LA LOI AVIA
ou la goutte d'eau qui fait...
déborder le trou des chiottes !
Pamphlet
 
Les députés (des putes?) godillots et les autres (tous dans le même panier de homards), ont voté par 434 voix "pour", 33 "contre" et 69 abstentions, une nouvelle loi scélérate. Au motif d'éradiquer "la haine" sur le web, nos fossoyeurs de la liberté de pensée, nos tyranos parlementaires aux idées courtes mais au bras longs, toutes les couleurs politiques confondues (ben, voyons!), légifèrent (à tour de bras), pour terroriser le peuple, les opposants authentiques, les indépendants de la pensée, en instituant l'interdiction de s'exprimer en toute liberté.
 
La "Haine", c'est quoi?
 
La société n'est qu'une confiture nauséabonde, concoctée avec les fruits pourris de politiciens corrompus, de "parlementaires" carriéristes, marionnettes sans fils financées par des partis obsolètes - aussi éloignés des préoccupations du peuple que le sommet de l'Everest l'est des fonds abyssaux.
 
Le"Parlement" ne représente PAS le peuple ni le corps électoral! Il n'est que la matière visqueuse déféquée par des urnes remplies avec du p-cul que l'on distribue au "bon" peuple en lui faisant croire qu'il "choisit"! Les choix sont pipés d'avance, orientés par les médias, les forces d'influence occultes, les télés et les radios (celles d’État aux premiers rangs). Quand, en plus, moins de 25% du corps électoral détient "une représentation" en majorité absolue à Bourbon, excusez du peu! Les députés ne font pas la loi au nom du peuple mais contre le peuple.
Depuis juillet 89, le peuple du pays France ne cesse d'être abusé, malmené, trahi, bâillonné...
 
Nos "élus de la république", tous issus de familles aisée ou opportunistes habiles, portés par des chapelles qui en tirent profit, nos gauchos bobo à la Cohn Bendit, chantres sans foi (ni loi sauf pour l'appliquer aux "petits") du "politiquement correct", main dans la main avec des "Républicains" qui se croient acoquinés avec "les droits de l'Homme" parce qu'ils affichent sur leurs parebrises la cocarde tricolore, des "extrêmes droites" dont on se demande pourquoi ils se tirent une balle dans le pied (ne sont-ce pas ceux-là mêmes que l'on taxe constamment de "haineux"?), tous dis-je, votent "comme un seul homme" une loi liberticide par nature, puisqu'elle autorise le tri sélectif entre ce que le citoyen peut dire ou ne pas dire, penser ou ne pas penser.
 
Les propos "haineux", on les entend tous les jours dans la bouche de parlementaires, députés ou sénateurs, mangeurs de homards de tout bord, de policiers à matraque et lacrimo, du locataire de L'Elysée (qui, s'il y mange du homard au dîner n'y paie ni loyer, ni factures d'eau, de gaz et d'électricité), des grands patrons capitaines d'industrie et saigneurs de la classe ouvrière (et mangeurs de caviar à défaut de homard fraîchement péché), de juges qui jugent "aux ordres" à l'encontre des "petits", contre le peuple et pas que les Gilets Jaunes, contre les sans-grades, les chômeurs crève-la-faim, contre les individus qui "n'ont pas réussi", les "catho tradi", la France "blanche" et son Histoire, etc.
 
Exprimer "sa haine" sur "la toile" fait moins de tort à la société que légiférer en pondant des lois assassines qui étranglent la population, sapent les ressources des familles, des retraités, pourrissent la jeunesse, détruisent nos paysans, décapitent nos services publics, nos hôpitaux, la poste, les transports ferroviaires, diminuent l'accès aux soins, rabaissent la France à l'état de pays en voie de sous-développement, répriment les contestations, restreignent les libertés...
Liste non exhaustive.
 
Ce genre de loi, présentée comme "progressiste" et de tolérance, est EN FAIT pernicieuse, abjecte, fondamentalement contraire à la Déclaration des Droits de l'Homme (laquelle, d'ailleurs, n'a été qu'un leurre brandi par les régicides sanguinaires et totalitaires). C'est un gant de velours (à défaut de bas de soie) rempli de merde.
 
La "haine"? Celle qui est verbale, est vieille comme le monde et ce n'est point elle, jusqu'à preuve du contraire, qui a fomenté les guerres civiles, non! Quand elle s'exprime en actes physiques, là, oui, sa sanction est légitime mais LA LOI existe depuis des lustres, pour lui faire un sort.
 
Les injures, les paroles, si infamantes soient-elles, n'engendrent pas les troubles publics. C'est "la politique" qui l'engendre, ce sont les gouvernements totalitaires avec leurs législateurs inféodés qui créent les situations sociétales qui aboutissent aux lynchages dans les quartiers, à l'intolérance voire aux guerres civiles,.
 
En outre, la prétendue "Justice" a bien d'autres chats à fouetter que consacrer du temps et de l'énergie à chasser "sur le net" des propos inconvenants - qui déplaisent aux tenants de la pensée unique !
 
Mais au fait, si la haine est si gênante ou si intolérable que cela, comment se fait-il que les journaleux sectaires de chez Charlie ne soient pas embastillés?

11/07/2019
0 Poster un commentaire

L'Angleterre va-t-elle flinguer l'Europe ?

Méfaits divers et d'Outre-Manche

 

 

Un nouveau Premier Ministre qui veut claquer la porte de Bruxelles sans payer l'ardoise?

 

Qu'est-ce qu'il a raison!

 

L'Europe "communautaire" est une infâme arnaque où les populations ne trouvent pas leur compte. Quand on a été escroqué, il convient de faire le bras d'honneur sans contrepartie à son escroc!

 

Ah... May, fais ce qu'il te plaît!

 

Par ailleurs, je suggère que la France emboîte le pas aux velléités de la Perfide (mais bien inspirée) Albion: dehors l'Europe! Rentrons et restons intra muros! Préoccupons-nous de nos populations, de nos besoins quotidiens, de nos campagnes, de nos vaches et de nos cochons - et de nos poules pondeuses!

 

La balance commerciale?

 

Cessons d'acheter la m... étasunienne, les cochonneries chinoises, les produits "de consommation" aussi inutiles qu'aliénants, ultra-polluants, jetables ou irréparables fabriqués par des ouvriers surexploités et fort mal payés.

 

La terre nourricière peut satisfaire aux besoins de ses natifs... Toute allégation contraire n'est que mensonges et manipulation au bénéfice des profiteurs et autres boursicoteurs.

 

Le retour à une quotidienneté responsable, "écologique", à la santé publique, au "bien être animal", tout cela est en opposition avec le système économique européen, lui-même inféodé à la finance mondiale, lequel est un non sens et contre la nature des choses et des hommes, contre l'esprit même de l'humanité...

 

Sortons de l'Europe vampirique, dictatoriale, assassine des souverainetés et des cultures, en lui faisant un doigt d'honneur et sans lui "rendre" un €uro!

 

Messieurs les Anglais, tirez les premiers!
Nous vous suivrons...

 

 

 

EUROPE FLINGUEE.JPG


11/06/2019
0 Poster un commentaire

L'Hôpital en pronostic vital

L'Hôpital assassiné

par les sbires de la finance

 

Tout a commencé il y a quelque 30/40 ans quand on a établi une "gestion comptable" des hôpitaux...

 

Rendement exigé "par lit", facturation des "frais d'hôtellerie" (!) à l'usager, investissements faramineux pour du matériel de plus en plus coûteux et délocalisation des services vers les métropoles - au motif d'assurer la qualité des soins...

 

Un pays, dans l'intérêt de sa population, ne doit-il point s'affranchir, pour la "gestion" de ses services communs, des règles comptables propres aux entreprises à but lucratif?

 

Besoin d'argent?

 

Une gabegie énorme est récurrente de la part des gouvernants de tout bord - pour des dépenses dites "sociales" illégitimes, ou de prestige ou de fonctionnement d'officines inutiles et, qui plus est, nuisibles aux intérêts de la collectivité. Quant aux "émoluments" injustifiés et exorbitants des élus de toute nature, avec leurs "frais connexes", leur existence plombent sévèrement le budget de l’État.

 

Les impôts, originellement destinés aux services publics d'un pays et aux besoins collectifs des populations, ont été détournés de leur vocation millénaire -ou séculaire. Les "acquis" modernes des années trente (1936), qui répondaient à des nécessités de justice sociale, ont été globalement malmenés voire éradiqués par les énarques richissimes, par "petites touches" plus ou moins discrètes (il fut un temps où les médicaments sur ordonnance étaient remboursés intégralement et les remèdes homéopathiques pris en charge à 60%).

 

Il fut un temps, celui de mon enfance, où les "nécessiteux" pouvaient se rendre dans un "dispensaire" municipal pour des soins entièrement gratuits.

 

Oui mais ça..., c'était "avant"!

 

 

 

MONTAGE CROIX ROUGE DEUIL.JPG

 

 

 

La spoliation des services publics est un stratagème programmé voulu par les tenants du profit et de l'asservissement des masses. La notion de "service public" gêne les financiers et les parasites de tout poil, et les gouvernances au pouvoir, adoubées par la grande finance et les multinationales, éradiquent progressivement et insidieusement des services qui ont leurs précédents depuis... l'époque gallo-romaine.

 

Qui, il y a encore 50 ans, aurait imaginé que des "diplômés" (assurément immatures et irresponsables), formés dans le moule d'une idéologie capitaliste pure et dure, livreraient les chemins de fer nationaux "à la concurrence" extra-frontalière, les autoroutes aux sociétés privées, détruiraient la Poste et les Télécommunications, livreraient aux actionnaires sans foi ni loi, pieds et mains liés, la première télévision d’État (1975), privatiseraient l'eau, le gaz, l'électricité...

 

Qui, il y a encore 50 ans, aurait imaginé qu'il faille débourser 20€ par jour pour manger du "Tricatel" et dormir dans des draps propres à l'occasion de son "hospitalisation"?

 

Au moyen âge et jusqu'au 19ème siècle, le dernier des gueux pouvait être soigné gratuitement dans un "hospital" * - certes, je le concède, en couchant dans des dortoirs (oh my God!) et sans Wifi à disposition...

 

* Du latin hospes («hôte»), également racine de «hospitalité» 

...

 

Rien n'est "inéluctable"!

 

Le régime "soviétique" se croyait immortel.
Hitler déclarait installer un Reich de 1000 ans.
Ceausescu se pavanait au balcon de Bucarest en 1989 d'où il fut éjecté en quelques heures...
Plus avant, le bon Roy Louis le XVIème, avec sa famille, fut arraché de Versailles pour être amené manu militari à Paris - sans préavis...

 

Il y a dix ans, on annonçait péremptoirement la disparition des gentils coquelicots (d'été et de printemps); aujourd'hui, ils pullulent pour le bonheur de nos yeux - sinon des cultivateurs de céréales.

 

Rien n'est "inéluctable"!

 

Mais... le changement de cette tendance meurtrière ne peut venir que de la réaction des peuples contre les oppresseurs pourfendeurs des services vitaux. Et tant que l'électeur choisira un bulletin de vote en fonction de "ses idées" ou de ses "couleurs" (voire pour coller avec l'air du temps), et non en fonction de la volonté véritable des prétendants politiques, rien n'arrêtera cette machine infernale.

 

Mais rien n'est "inéluctable"!

 

Même pas la bêtise des électeurs.

 

 


05/06/2019
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser