le-vilain-petit-caneton

le-vilain-petit-caneton

La société occidentale et la pédérastie

C'est...
 
 
 
"je t'aime, moi non plus"!
 
 
 
 
 
Depuis la scabreuse et horrible affaire "Dutroux" (1996), l'occident ne cesse de nourrir une fascination morbide, schizophrénique, sans cesse réactivée, avec le fait pédérastique.
 
Pédérastie : "Emprunté du grec paiderastia, de même sens, lui-même dérivé de paiderastês, « pédéraste ». Attirance éprouvée par un homme pour les jeunes garçons ; désigne aussi le commerce charnel d’un homme et d’un jeune garçon." Définition des dictionnaires)
 
Ce qui était, il y a encore quarante ans, qualifié de "gestes que la morale réprouve" est devenue une entité criminelle fourre-tout où les relations entre un prof' et son élève de quinze ans voire de dix-sept sont qualifiées de "pédophiles", un terme empruntée à la psychiatrie pour en faire une appellation générique protéiforme. Tout est venu de "la presse": les journaleux aiment (et vénèrent) les formules passe-partout qui leur permettent de "faire de l'audience" en provoquant l'oreille.
 
Ainsi, un animateur de colo qui se sera rendu coupable "d'attouchements" impudiques sur quelques gamins complaisants, sera aussi haï et stigmatisé que l'infâme violeur qui aura frappé voire tuer sa jeune victime après l'avoir enlevée! En droit pénal, on apprenait (est-ce toujours le cas aujourd'hui?) que les sanctions judiciaires avaient absolument besoin d'une "échelle des peines", faute de quoi la sanction perdait tout son sens et la force de dissuasion en était amenuisée.
 
Aujourd'hui, alors que la sexualité débridée et sauvage est placardée dans nos rues, exhibée à la télé, encensée au cinéma, mise en scène dans les "jeux de console", alors qu'on assène aux enfants de l'éducation dite sexuelle sans leur demander leur avis, les médias ne cessent d'aller fouiller dans les caniveaux pour en extraire quelques juteux (!) "bons plans" journalistiques, susceptibles de doper les ventes d'un magazine ou l'audimat de la soirée en faveur d'une chaîne, où le fait pédérastique en sera la substantifique moelle.
 
Jamais la pédérastie (au sens du dico) n'a été autant "prisée" par la société occidentale, comme sujet à dégoiser, à s'insurger, comme prétexte à jeter l'anathème sur telle ou telle personnalité et, plus encore, sur l'institution religieuse catholique romaine...
 
Les associations dites "de défense de la parole libérée" se multiplient, collectant des "témoignages" de faits parfois fort anciens, rédigés par des adultes parfois fort âgés, qui vont narrer avec force détail de scabreux souvenirs de leur jeunesse ou petite enfance.
 
 
 
 
 
 
+12.JPG
 
 
 
 
 
Le cas Jackson (Michael ) est emblématique et je ne regarderai pas le "docu de cul" stupéfiant ou "glaçant" le concernant, ce fameux soir de printemps sur la chaîne M6 et qui aurait, dit-on, atteint des records d'audience chez les étasuniens (plus hypocrites qu'eux, tu meurs)!
 
N'écoutant qu'au réveil la radio FranceInfaux, j'ai ouï quelques commentaires de présentation où notamment on pouvait entendre que l'un des jeunes "plaignants" a été amoureux du chanteur [depuis ses 7 ou 10 ans] et terriblement jaloux (sic) quand icelui l'a "abandonné" pour s'amouracher d'un nouveau jeune garçon et le "mettre dans son lit" à sa place...
 
Fermez le ban!
 
J'ai été "zappé" une fois sur le site de "La Parole libérée" et m'en suis vite détaché! La raison : des récits de "souvenirs" très impudiques qui n'avaient probablement rien à envier aux fictions pédérastiques dont certains "amateurs de jeunes garçons" doivent se gaver ici ou ailleurs sur quelque site dédié... Quant au ébats de chair qui se sont déroulés dans la chambre à coucher (et à baiser) de M. Jackson, pour tout dire, j'en ai rien à cirer ! En fait, n'ayant pas de propension au voyeurisme, je ne vois aucun intérêt à écouter les récits poivrés de ses ex-prétendus jeunes partenaires. Quant à Jackson, désormais, il n'est plus qu'un fantôme de vinyle et un plasma de pop'star décharné, incapable de toucher une braguette !
 
Si donc on a autant de dégoût pour la chose, vieille comme le monde, pourquoi donc s'en délecter constamment?

21/03/2019
0 Poster un commentaire

LE VATICAN ET BARBARIN

Non! Je ne hurlerai pas avec les loups !
 
n'en déplaise aux militants de la cause des victimes de prêtres pervers.
 
 
Il y a les "médias" et les "donneurs de leçons" - plus hypocrites qu'eux, tu meurs. Et il y a la catholicité "profonde", celle du cœur et de la foi, qui n'inféodent pas leur credo au politiquement correct, aux chasses aux sorcières, aux lynchages de convenance, aux jugements à l'emporte-pièces...
 
 
Le chef du Vatican refuse la démission d'un prélat condamné en première instance pour inaction face à des faits délictueux d'un subordonné..., au motif (légitime) du respect de la "présomption d'innocence" et voilà que les loups hurlent au scandale !
 
 
Il y a deux "églises": celle, officielle, médiatisée, stigmatisée dont le "siège social" est à Rome et la "congrégation", "l'ecclesia" (ekklesia : en grec ancien : ἐκκλησία − l'assemblée) des catholiques pratiquants, qui ne font pas l'amalgame entre les brebis galeuses et les "ministres du culte" honnêtes et dévoués et qui honorent leur vœu dit d'abstinence (ou de chasteté). Je fréquente assez régulièrement une communauté catholique qui est attachée au "rite tridentin" de la messe (rite traditionnel, en latin et avec toute la liturgie d'avant le concile Vatican II), où prêtres, séminaristes acolytes de passage, enfants de chœur réguliers et "fidèles", toute une assemblée familiale, vivent leur pratique religieuse sans état d'âme lié aux titres des journaux et polémiques qui se complaisent dans les affaires scabreuses... Leur foi n'est pas dépendante des titres des "J.T." de vingt heures ! En outre, la vie de "l'Eglise catholique romaine" ne se résume pas à des affaires de mœurs au sein de telle ou telle paroisse, de tel ou tel évêché, de tel ou tel abbaye ou internats, mais englobe d'innombrables actions charitables, d'éducation, d'assistance ou de secours, de prédications, ici et là sur toute la planète, où des hommes et des femmes dévoués et honorables, sincères, droits, en "habit" ou laïques, loin des feux de l'actualité, donnent un sens remarquable à leur engagement "catholique". Ces actions là, ces individus là, font rarement ou jamais l'objet des reportages des médias, lesquels sont avides de sensationnel et de scandales... Seuls les clercs dépravés, "abuseurs" ou les responsables ayant mal géré des "affaires" répréhensibles intéressent les journalistes : des faits apparentés, dont on sait qu'ils sont tout aussi légion dans les institutions non confessionnelles, sont passés sous silence ou très épisodiquement évoqués quand cela se passe hors de l'Eglise. Dans une société matérialiste, vouée à l'athéisme, à la sexualité débridée qui s'étale à tous les coins de rues, toucher au sacré est jouissif et surtout... payant ! Alors, aucune retenue, aucune sagesse, aucune tempérance : il faut couper des têtes, déboulonner les statues des églises, discréditer définitivement les institutions confessionnelles qui professent une "morale" dont on ne veut plus ! Chose curieuse, c'est précisément en utilisant des faits de dépravation - qu'on ira même chercher dans un lointain passé, nonobstant que les victimes sont devenues des vieillards ou que les méfaits ne peuvent être étayés par de solides pièces à conviction -, qu'une société dépravée veut salir une institution qui dénonce ses dérèglements !
 
 
Quand on a fait du droit (ce qui est mon cas), on pense en "juriste" : on va donc prendre en compte l'élément juridique d'un conflit. Les associations qui se battent pour la "parole libérée" proclament haut et fort que "justice doit être faite"! Ce postulat leur est acquis... à sens unique! Si justice il doit y avoir (celle "des hommes" et non celle de l’Église), il faut donc raisonner en terme "de droit". Le cardinal Barbarin, accusé de collusion par silence complice (?), a fait appel : cet appel suspend la sentence donc justifie que le supérieur hiérarchique (le pape) renonce à le démissionner.
 
 
On s'insurge à gorge déployée contre ce fait mais on ne lève pas le petit doigt contre les "repris de justice" dûment condamnés ceux-là, qui occupent des postes décisionnels au plus haut sommet de l’État français : des fraudeurs du fisc patentés, un individu "responsable mais pas coupable" (!) d'avoir par décisions administratives contaminé et tué des malades avec du sang toxique (Laurent Fabius, vous connaissez?) - ce dernier énergumène ayant été parachuté au... Conseil Constitutionnel (excusez du peu) pour "dire" si une Loi est ou non conforme à la Constitution !
 
 
Alors non! Je ne hurlerai pas avec les loups contre le geste du pape - bien que je ne sois pas de sa confrérie!
 
 
 
 
 
PAULO ENF CHOEUR.jpg
 

20/03/2019
0 Poster un commentaire

Manif' "contre" le réchauffement climatique (laissez-moi rire!)

LES "DJEUNES" ET LE CLIMAT

 

 

 

Facile d'accuser les états!

 

Les états, c'est vous, c'est nous, c'est moi!

   Votre bulletin de vote passé ou futur est complice.

      Vos achats en grandes surfaces sont complices.

         Vos mœurs de consommation sont complices.

            Les basques que vous portez sont complices.

               Les sweaters dont vous vous habillez sont complices.

 

 

 

 

15.jpgPhoto : Jonathan Olivier

 

 

 

 

 

La jeunesse qui se veut pourfendeuse des pollueurs et autres ravageurs de la "planète" sont les premiers demandeurs de la "aïe-tèque", du "4G", des connections tous azimuts, des jeux et "réalités virtuelles", des loisirs de consommation à la Décathlon, de la malbouffe et des médocs de confort (qui va emplir les McDo?)...

 

 

 

Le monde dit civilisé est fondamentalement "contre-nature" et décadent et vous l'aimez tel qu'il est!

 

 

 

Prétendre le contraire en vociférant "sauvons la planète!" est une drogue collective, un psychotrope qui annihile votre raison et votre sagesse... Tant que vous adhèrerez à ce système imbécile qu'est la société moderne où le profit et le faux "bien-être" l'emporte sur le nécessaire, vous, les jeunes, ne serez que les pantins des assassins de la Terre, des alibis manipulables à souhait pour arroser l'arbre qui cache la forêt!

 

 

Consternant!

 

 

 

 

PRINTEMPS.jpg

 Photo : Jonathan Olivier

 


20/03/2019
0 Poster un commentaire

Jackson (Michael) n'en finit pas de faire recettes !

LE CAS (cabouillasse)

JACKSON

Pamphlet

 

 

Un prochain scénario (juteux) pour Ozon ?

 

Lui qui vient de sortir de "vieux rossignols" (comme disait ma mère à propos des articles soldés aux braderies) avec son film sur les déviances d'un prélat et l'attitude ambigüe de l'Eglise.

 

Neverland, l'ancien ranch de Michael Jackson, lui ferait un superbe décor "à la Disney" et il aurait peut-être les financements de la Maison chérie de la petite souris - vous savez, celle qui apporte une pièce sous l'oreiller des petits enfants (pendant qu'ils dorment du sommeil des angelots) qui ont perdu une dent de lait...

 

- Disney ? Vous n'y pensez point ! La major étasunienne, garante de la pureté des enfants sages, ne voudrait pas s'y compromettre !
- Oui, certes ! j'en conviens... Pour cette biotope au top de la tapette, les studios Disney feraient "maison close" !

 

 

 

+12 PETER.jpg

 

 

 

Bon, soit! Ce mec (qui pour moi a toujours été imbuvable malgré ses talents), était un pédéraste jusqu'au bout des ongles... Cela se sentait à plein nez. Mais, des années après sa mort (que je n'ai pas pleurée), le ressasser épisodiquement et s'en masturber avec le journal, y a plus d'orgasme! Rien à cirer (ou à lustrer le minou) de ses frasques narrées complaisamment par des gosses d'autrefois!

 

 

Prochaines révélations (?) racoleuses de Mrs les journaleux (j'occulte sciemment le féminin, question de niquer les femen), les orgies garçonnières puériles des empereurs romains ?

 

 

La pédérastie n'est plus ce qu'elle était !

 

 

Sortie des alcôves tapissées en bleu ou rose, devenue le sujet de tous les débats et coups bas (au-dessous de la ceinture), elle est, de nos jours, le dard (?) de toutes les stigmatisations, amalgames, fantasmes et dégoiseries sur les plateaux télé, érigée (!) en bébête(s) de scène à l'écran...

 

 

Curieusement, cette pratique "vieille comme le monde" est la solution finale pour éradiquer, en ce 21ème siècle de dépravations, certaines institutions séculaires (avec des "calottés" prioritairement, cela va sans dire) ou personnages de notoriété de l'honorabilité sociétale. On achève les étalons comme on peut ! Les procès en sorcellerie libidineuse plaisent aux publics  télé-manipulés : on va gratter dans les fonds de tiroirs ("il y a cinquante ans...") pour évoquer le raclage des fonds de culottes. De préférence (!), les médias, dont le grand nombre d'iceux sont dirigés par des faiseurs de morale "moderne" à géométrie variable, n'alimentent leurs feuilles de (petits) choux qu'avec des "affaires" du chaudes-bises ou des tripotages de sacristies... Des frasques connues, nues et révélées, de personnalités politiques ou de grands pontes du progressisme transgenre, il n'en est quasiment jamais question !

 

 

"Le mâle est chez les autres!" (j'ai bien écrit "mâle" et non "mal" car la masculinité est singulièrement pointée du doigt sur ce registre - où les hommes sont qualifiés de "pointeurs" en milieu carcéral).

 

 

"Regardez donc la bite que vous avez dans l'œil, avant de regarder la main sur les fesses dans les cocktails!" pourrait être une envolée cinglante jetée aux visages concupiscents des journaleux, hommes et femmes avides de faits divers sordides - et dont ils ne révèlent que les arbres qui cachent la forêt pour y laisser les chasseurs de Peter-Pan officier en toute tranquillité.   


04/03/2019
0 Poster un commentaire

Pour une gouvernance populaire !

Marianne la Sanguinaire

 

Pour ce qui est de la "République Française", l'Histoire, depuis 1789, est sans appel: elle est un leurre pseudo-démocratique (revu "Danton" hier au soir, film d'Andrzej Wajda de 1982: simple coïncidence).

 

Marianne a trucidé des milliers d'opposants, massacré des milliers de familles, saigné des régions entières (la Vendée), égorgé des prêtres, provoqué des bains de sang au fil de son histoire (la Commune de Paris, elle-même responsable de massacres, a subi les pires atrocités), souvent avec des gouvernements dits "de gauche" (répression sanglante avec armes et blindés contre les mineurs grévistes de 1948).

 

colonnes_infernales.jpg

 

La constitution gaullienne donne un pouvoir absolu au monarque républicain, dès lors qu'il possède un Palais Bourbon à ses ordres - Louis le XIVème avait moins de pouvoir qu'Emmanuel 1er!

 

Les "chefs d’État" de la R.F., toute obédience confondue, sont des individus carriéristes (tous des nantis) portés à l’Élysée par des castes partisanes et la finance. Quant aux institutions de la R.F., elles sont des officines coûteuses et parasites, technocratiques, pourvoyeuse de "charges" pour une fausse noblesse républicaine grassement pensionnée...

 

La question est: une nation a-t-elle BESOIN d'un chef d’État?

 

La question est: une nation a-t-elle besoin de "dignitaires"?

 

La république ou la monarchie sont présentées comme les seules alternatives. C'est une arnaque!

 

Une "gouvernance" populaire SANS "chef d’État" est possible et souhaitable: le peuple, organisé, peut légiférer et s'administrer en instituant une pyramide démocratique, avec des élus temporaires (tout au plus annuels) qui choisissent, au coup par coup, un "délégué" temporaire pour représenter la Nation à l'étranger...

 

A la rigueur, le retour d'un Roy (un vrai, issu d'une lignée ancestrale) pourrait-il incarner la Nation en tant qu'individu fédérateur et impartial, un "sage" ayant un simple avis consultatif et modérateur avec un "train de vie" A SA CHARGE (les familles "royales" ont leurs propres patrimoines) et non à la charge du contribuable.

 

BANDEAU ROY.JPG

 

Quant aux rites "républicains", aux lambris dorés, aux haies d'honneur de la Garde républicaine et autres fastes "du pouvoir", ils sont inutiles et dispendieux. Les délégués du peuple n'ont ni à être honorés ni à être servis tels des imperators.

 

Le temps des César est révolu!

 

Les populations aspirent à d'autre gouvernances...

 

J.O.


23/02/2019
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser